Archives de Tag: socrate

Sauf une fois, au chalet…

J’aime pas trop les thèmes quand j’écris; ils me donnent l’impression d’être enfermé dans une petite prison conceptuelle. Je préfère écrire une première phrase, souvent l’idée qui me traverse l’esprit à l’instant où j’ouvre la page : je la laisse me guider, j’lui cours après un peu comme les lévriers au champ de courses qui tente d’attraper le lapin mécanique. Je ne sais pas si c’est une bonne chose, ça fait en sorte que j’écris beaucoup à la première personne, me conformant sans l’vouloir à l’air du temps. Le énième témoignage d’un esprit narcissique incapable de comprendre que ses tribulations ne soient pas universellement acclamées comme “fucking intéressantes, dude!”

Le pire dans tout ça c’est que je ne “tribule” plus fort, fort. Mes années de sorties constantes, de drogues, de soirées endiablées sont derrière moi. Encore une fois rien de bien original, un trentenaire qui s’assagit : raconte-nous, tonton Pilon! Raconte-nous comment t’aimes mieux aller dans des soupers entre amis avec une bonne bouteille de vin et un cheddar à la Guiness. (Putain, tu vises le bourgeois!) Raconte-nous comment t’as commencé le jogging, comment t’essaies de mieux manger, comment tu cotises à tes REER en espérant, un jour, te permettre un condo hors de prix aux abords du parc Laurier. Raconte-nous!

Heureusement, y’a l’autodérision, efficace petit mécanisme d’autodéfense qui me permet d’utiliser l’humour pour camoufler les failles ou plutôt les similitudes qui nous affligent tous. J’ai beaucoup de misère à appartenir à l’ensemble. Encore la faute de Narcisse, ce couillon! J’aimerais évoluer dans la marge… j’y parviens un peu, je crois. Je ne veux pas d’enfant et, même en 2012, cette affirmation est souvent accueillie par une expression d’incrédulité. Comment puis-je ne pas vouloir un ces magnifiques chérubins gazouillants?!? Euh bien, primo, ils coûtent cher les bambins et mes New Balance 574, même s’ils ne parlent pas provoquent chez moi, quand je les caresse, un fort sentiment paternel. À environ 120$ la paire par contre ils ne me laissent pas beaucoup de blé pour un ti-gars ou une tite-fille. Dégoûtant matérialisme? Oui! Tu veux que je te dise quoi? Que je mente, que je nie ce que je suis foncièrement? Non merci. C’est un moyen d’évoluer dans la marge… un peu, je crois, que d’êtres totalement honnêtes envers soi-même! Que d’accepter ses défauts, les “laideurs” qui, qu’on le veuille ou non, nous habitent tous. Je préfère être laid qu’être menteur : choix de vie.

Connais-toi toi-même : paroles d’un homme beaucoup plus sage que moi. (Google m’apprend que c’est de Socrate. Grèce antique stand up, yo!) Mes maigres aptitudes intellectuelles me permettent par contre de comprendre le sens de la maxime et de l’appliquer. Ça m’amène parfois dans des cavernes intérieures pas très jolies, des cavernes où grouillent des ptites bébittes gluantes. J’peux pas dire que j’aime les regarder, mais bon, je sais qu’elles y sont et je sais ce qu’elles sont. De savoir qu’elles sont là me rassure, j’y vais quand je veux; elles ne me surprennent pas au moment inopportun, ne s’expriment pas d’elles-mêmes… sauf une fois au chalet. (LOL)

Publicités
Tagué , , , ,