Archives de Tag: burial

Quand mon artiste préféré…

Quand mon artiste préféré sort de la nouvelle musique, je n’ai pas vraiment le choix d’en parler. Et ce, même si c’est sorti depuis quelques temps déjà. Je ne sais pas trop comment ça a pu passer sous mon nez, mais Burial a un nouveau release sur Hyperdub. Le EP s’intitule Truant et comporte deux longues pièces, d’environ 12 et 14 minutes, Truant et Rough Sleeper.

La première track est entièrement construite, selon moi, sur la bassline, à part vers la fin, où le tempo se fait plus frénétique et déconstruit. Et puis non, la bass réapparait soudainement, pour clore le tout. J’ai beaucoup de difficulté à parler de Burial sans faire référence au cinéma. Tous ses morceaux semblent raconter une histoire, un truc un peu dramatique, qui est loin de bien se terminer. Le deuxième morceau, sans que je sache trop pourquoi, me donne des visions d’Asie, de ruelles sombres d’Hong Kong, de pluie… Pour ceux qui ont vu « Ghost in the Shell« , ça me fait penser à ce long plan-séquence. Bref, pour ne pas m’éterniser, c’est, encore une fois, magistral, un des meilleurs stimulants cervical sur le marché!

Voici le clip pour « Truant ». (Ce n’est pas un clip officiel.)

Je vous aime bien, donc, pour vous gâter un peu, j’essaie un nouveau truc. J’ai compilé mes morceaux favoris de la semaine, je les ai mis sur Soundcloud et vous pouvez downloader le tout! Quelle âme généreuse je possède! Ça commence avec un morceau de BEACH HEART (je ne sais pas comment faire les triangles, à la place des A), ça sonne comme du early U2, s’ils étaient jeunes en 2013, et aimaient gosser un peu avec des machines. On bifurque ensuite vers le house avec « Higher », du DMC champion Klever. Petit bloc EDM/Trap/R&B avec Cashmere Cat, Tomas Barford et Jane Wanderbilt. On termine en version « World » à la sauce bass/electro avec un morceau de Baile Funk de Zuzuka Poderosa, suivi d’un fou rework du classique « Ting-A-Ling » de Shabba Ranks, par Don D Selectah. Trois des morceaux viennent de la page de Top Billin, que j’ai razzié cette semaine.

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , ,

Sound Bwoy Burial

Morue,

Vous avez probablement déjà rencontré un dinosaure musical. Tsé, le genre de personne qui peste contre la « musique d’ordinateur » et les pousseux d’pitons. J’ai toujours apprécié l’ouverture d’esprit, digne d’un junker prussien, de ces galants personnages. Maintenant, si j’en recontre un, je lui balance par la tête la musique de Burial, pour lui montrer ce qu’il manque. Qui donc est-ce que ce Burial que tu balances si cavalièrement, me demandez-vous? (Ouf, pas sûr de celle-là, mais je suis paresseux donc je la laisse intacte.)

Burial, comme son nom l’indique, est un producteur londonien du nom de William Bevan. (Je sais que son nom n’indique rien du tout, je vous ai tellement bien eus!) Il se spécialise dans des sons typiquement londoniens, à savoir le garage, le 2step, et un peu de dubstep. Il émerge sur la scène électronique en 2006, avec un album éponyme. Cet album consacré album de l’année par le magazine The Wire, est unaniment salué par la critique. Son deuxième album, « Untrue, » est tout aussi acclamé et cimente la réputation de Burial en tant que producteur d’élite. Depuis la parution d’Untrue, Burial n’a pas sorti de longs jeux (comme dirait ton père) il se contente d’EP’s, de remixs et de collaborations, avec, entres autres, Four Tet, Massive Attack et Thom Yorke. Le but de mon billet est de vous parler de son plus récent EP, « Kindred, » paru en janvier dernier.

Kindred c’est trois tracks : Kindred, Ashtray Wasp, et Loner. C’est paru sur l’excellent label Hyperdub, qui a aussi publiés les deux précédents albums de Burial. Les deux premiers titres durent plus de 11 minutes, tandis que Loner fait un peu plus de 7 minutes. On à donc droit à plus d’une demie-heure de musique, malgré la présence de seulement trois titres.

Comme tout ce que produit Burial, Kindred pourrait facilement être la trame sonore d’un film. Un film sombre et pluvieux, qui finirait mal. On y retrouve le son typique du londonien, les drums patterns trop clairs et les différents samples qui s’empilent comme les couches sédimentaires d’un sol ancien. C’est toujours les mêmes sonorités qui reviennent, à travers les différents albums. Écouter Burial c’est un peu comme se promener dans un labyrinthe, on a toujours l’impression d’être déjà passé par là, sans pouvoir l’affirmer avec certitude. C’est un déjà-vu infini qui présente sans cesse d’infimes modifications. Sa musique comporte autant de textures et de motifs que les tartans des divers clans écossais. (Et voilà, c’était la minute-métaphores du jour.) Pour faire simple, j’adore. C’est de la musique pour rêver, mais comme je le dis plus haut, ce n’est pas joyeux. C’est parfait pour une journée orageuse ou un suicide collectif. Donc, garrochez-vous sur iTunes, à 3,99$ c’est pas mal le deal du siècle. Je vous met « Kindred » pour vous allècher un peu.

Je vous laisse avec un nouveau clip de mon rappeur favori, RiffRaff, et une vieille gogosse que j’avais dans la tête en me levant ce matin.

Tagué , , , , , , , , , , , , ,

Mixmania (« Maintenant, on prend de la drogue » edition.)

Hey, un peu pressé aujourd’hui, j’écoute « Faut pas dire à maman que la gardienne mange les pissenlits par la racine » avec trois nains Pygmées (Nains Pygmée = Fucking rare! J’ball so hard…) en lichant des tortues amazoniennes qui buzzent. Un jeudi matin comme le vôtre, quoi…

Si vous êtes comme moi, vous pratiquez probablement une activité dite « physique. » Quoi de plus cool que de pratiquer cette activité en écoutant de la musique? Par contre, ce qui peu devenir chiant, c’est d’avoir à se créer des playlists de musique « motivante. » C’est ici que j’entre en scène, style fantôme de l’opéra en beaucoup plus twit! Je vous met trois bons ptits mixtapes qui vous permettront de vous défoncer comme la fille dans le montage de Flashdance!

Primo, un truc très éclectique de DJ Knife. C’est rock, électro, moombathon, rap, etc… Pour ceux qui aiment la diversité. Ça se trouve chez Frank151.

Secundo, je ne sais pas si vous êtes familier avec Com Truise, je sais, par contre, que vous devriez l’être. Cet excellent producteur est une de me découverte favorite de l’année 2011. Pour les plus vieux, c’est un peu un RJD2 des temps moderne, productions planantes et musclées qui ratent rarement la cible. Il a pondu un mixtape pour la soirée « Check Yo Ponytail » organisée par Mishka, qui sillonne les U.S. of A. C’est mon mix favori de l’année 2012, pour l’instant. Ça se download ici. C’est plutôt électro-rap, avec un soupçon d’indie rock à la sauce chillwave.

Tertio, à tout seigneur tout honneur, un bon vieux mix de Diplo c’est une assurance « augmentation de vos battements de coeur/minutes. » Ça se trouve ici, et j’ai découvert via les joyeux drilles de 10kilos.us.

Finalement, une ptite rafale de musique que j’aime :

« Archangel » – Burial (Du vrai dubstep…)

« Hypocrite » – Lush

« 10g de swag » – Set&Match (Trop un gros banger celle-là!!)

Chatons!

Tagué , , , , , , , , ,